Des outils numériques libres et éthiques pour coopérer

Rédigé par Jeey - 16 mai 2024 - Aucun commentaire


Le numérique a pris une place primordiale dans nos sociétés, parfois avec joie, parfois avec des contraintes imposées. Dans le cadre de projets collectifs où la plupart des participant·es sont **à distance**, avec des **rythmes différents**, les outils numériques trouvent leur place et leur légitimité.

Ceci est un article que j'ai écrit dans le cadre du MOOC (R)évolutions Locales du Mouvement Colibris. Je le partage ici, CC-BY Colibris et bibi !

 

 

Des outils numériques libres et éthiques pour coopérer

Le numérique a pris une place primordiale dans nos sociétés, parfois avec joie, parfois avec des contraintes imposées. Dans le cadre de projets collectifs où la plupart des participant·es sont à distance, avec des rythmes différents, les outils numériques trouvent leur place et leur légitimité.
 

Pour un Numérique Éthique


Les besoins d'échange et de communication pour les projets coopératifs sont bien présents. Cela veut-il dire pour autant que les outils numériques sont indispensables et qu'on peut les utiliser sans plus de réflexion sur ce qu'ils proposent, sont-ils "seulement des outils" ?
 

De la place prise par les Big Tech

La place centrale, tant financière que politique, des Big Tech est aujourd'hui dûment documentée et cela soulève de nombreuses questions. Ces Big Tech, les bien connues GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) mais aussi les NATU (Netflix, AirBnb, Tesla et Uber) ou les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) chinois représentent une part prédominante des plus grosses entreprises mondiales. Utiliser leurs outils n'est-ce pas refuser de lutter contre leur puissance et ainsi accepter d'en devenir dépendant·es ?

image FicheOL01.png (0.2MB)


Outre les problématiques inhérents à l'aspect purement financier (et l'impact de leur lobbying à tous étages), ces entreprises s'appuient sur ce que l'on appelle un capitalisme de surveillance, en récoltant de nombreuses données personnelles et en les exploitant à leurs fins, que ce soit pour vendre de la publicité comportementale ou augmenter leur main-mise sur les pratiques de leurs clients et proches.

 


S'appuyant sur ces flots de données que nous produisons à chaque instant, ces structures s'orientent aujourd'hui vers le marché de l'Intelligence Artificielle et nous ne manquerons pas de voir apparaître les stigmates de ces technologies, lancées sur le marché sans cadre légal suffisant et avec des problématiques déjà documentées et visibles : injustice et partialité des algorithmes (cf. "Algocratie" d'Arthur Grimonpont ), facilitation de la diffusion de fake-news, renforcement des discriminations, coût environnemental etc... (cf. l'éclairant récapitulatif de Boris Schappira)

Ainsi, peut-on trouver cohérent de continuer à les utiliser ?

Intervenant : Gatien Bataille

Coordinateur d'une centre d'éducation à l'environnement, j'ai commencé, il y a une quinzaine d'années, à explorer les outils numériques qui peuvent aider les collectifs à travailler ensemble au service de leur cause. Au début, c'était principalement des structures autour de la nature mais depuis quelques années, le panel s'est élargi.
Il y a 10 ans est né cooptic Belgique (coopérer, pourquoi comment) qui propose des formations et de l'accompagnement autour des pratiques coopératives et notamment les outils numériques qui peuvent soutenir ces démarches. Je participe notamment au développement de Yeswiki, un outil web au service des collectifs. L'idée de contribuer au bien commun pour un monde plus équitable me plait.

 

Il existe des alternatives plus vertueuses !

 

Mais des alternatives à ce modèle prédateur existe pourtant. Le monde du numérique, notamment de par ses origines libertaires et scientifiques, propose des alternatives qui se veulent en rupture avec les pratiques des grandes multinationales.

Ainsi, une des grandes forces alternatives du monde numérique s'articule autour du Logiciel Libre.

Le Logiciel Libre ?

image FicheOL04.png (0.2MB)La notion de Logiciel Libre est née au sein du MIT (le Massachusetts Institute of Technology) où Richard Stallman, fondateur de la Free Software Foundation, s'est retrouvé coincé par le logiciel propriétaire de son imprimante. Refusant d'être soumis aux desiderata d'un fabricant alors qu'il avait acheté son matériel, Richard Stallman écrivit de nouveaux programmes qu'il laissa librement accessibles aux autres personnes. Plus tard, il programma GNU, qui allait servir de base d'un des systèmes d'exploitation les plus utilisés actuellement dans le monde : GNU/Linux.

Vous ne manquerez pas de lever un sourcil en lisant que ce système d'exploitation est le plus utilisé dans le monde actuellement. En effet, outre les postes de travail Linux que vous avez peut-être rencontré et qui ne représentent que 4% des postes de travail dans le monde, Linux est utilisé à près de 80% pour héberger sites et outils informatiques sur internet. Mais ce n'est pas tout. Linux est aussi la base sur laquelle a été construite le système d'exploitation Android ! C'est ainsi quasiment 75% des smartphone (qui ne sont guère que des ordinateurs portables) qui sont basés sur Linux !

Il s'agit même du principal système d'exploitation extra-terrestre puisqu'il est utilisé sur Mars !

Outre les systèmes d'exploitation, vous pouvez rencontrer des logiciels libres dans vos pratiques quotidiennes. Peut-être connaissez vous le navigateur Mozilla Firefox ? Ou le lecteur multimédia VLC ? Ou encore LibreOffice en alternative de Microsoft Office ? Ou peut-être avez-vous un site web tournant sous Wordpress ? Tous ces logiciels sont des logiciels libres, développés par et pour une communauté, parfois de manière rémunérée et souvent de manière totalement bénévole.

 

Les caractéristiques des logiciels libres

Les caractéristiques du Logiciel Libre sont basées sur le respect de 4 libertés fondamentales :

0. la liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages ;
1. la liberté d'étudier le fonctionnement du programme et de l'adapter à ses besoins ;
2. la liberté de redistribuer des copies du programme (ce qui implique la possibilité aussi bien de donner que de vendre des copies) ;
3. la liberté d'améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter toute la communauté.


L'accès au code source est une condition d'exercice des libertés 1 et 3.

Ces libertés doivent être irrévocables. Chacun doit avoir la possibilité d'en jouir sans devoir prévenir un tiers. La redistribution du programme doit pouvoir se faire sous toute forme, notamment compilée, éventuellement à la condition de rendre disponible le code source correspondant. L'utilisateur doit pouvoir fusionner des logiciels libres dont il n'est pas lui-même l'auteur.

 

Vidéo de la FSF Europe
La Free Software Foundation Europe est une association à but non lucratif qui donne aux utilisateurs les moyens de contrôler la technologie.
Les logiciels prennent une part toujours plus importante dans tous les aspects de nos vies. Il est donc important que cette technologie renforce nos libertés plutôt que les limite. Les Logiciels Libres donnent à tous les droits d'utiliser, comprendre, modifier et partager les logiciels. Ces droits permettent de soutenir d'autres droits fondamentaux tels que la liberté d'expression, la liberté de la presse et la vie privée.
La FSFE aide les individus et les organisations à comprendre comment les Logiciels Libres contribuent à la liberté, la transparence et l’auto-détermination. Elle augmente les droits des utilisateurs en supprimant des barrières à l’adoption des Logiciels Libres, en encourageant les gens à utiliser et développer des Logiciels Libres, et en fournissant des ressources pour permettre à tout le monde de promouvoir encore les Logiciels Libres en Europe.


En corollaire, la plupart (mais pas systématiquement) de ces logiciels libres sont mis à disposition gratuitement.

Par ailleurs, les logiciels libres étant modifiables librement, rares (pour ne pas dire inexistant) sont les logiciels libres qui exploitent nos données personnelles à des fins mercantiles et irrespectueuses !

Ce monde numérique alternatif au paradigme imposé par les GAFAM existe donc, montrant que des alternatives où le Bien Commun et la coopération sont des valeurs centrales peuvent exister et est même un mode de fonctionnement majoritaire (mais malheureusement bien caché. On se demande pourquoi ?)
 

 

Où trouver des Logiciels Libres ?

Il est tout d'abord possible de retrouver des groupes d'utilisateur·ices de logiciels libres qui seront heureuses et heureux de vous accompagner. Cela permet de rendre visible des geeks et moins geeks, de favoriser le lien social et de se sentir soutenu par une communauté de personnes motivé·es !
Vous pourrez retrouver une grande liste de GUL (Groupes d'Utilisateurs de Logiciels Libres) sur tout le territoire.

Il est aussi possible de consulter l'annuaire FramaLibre mis à disposition par Framasoft, une association d'éducation populaire au numérique largement connue et reconnue pour son soutien à cet écosystème.

Cela, c'est surtout pour trouver des logiciels à installer sur votre ordinateur. Mais si vous souhaitez trouver des services en ligne, il existe une autre alternative, déployée sur l'ensemble du territoire français : il s'agit des CHATONS (pour Collectif d'Hébergeurs Alternatifs Transparents Ouverts Neutres et Solidaires).

Ces hébergeurs mettent à disposition de leurs adhérents ou de tout public un ensemble de services web libres, de manière gratuite, avec adhésion ou parfois pour un montant dérisoire. Cet écosystème est intéressant car il vous permet de tisser des liens avec des acteurs locaux qui portent des valeurs qui nous sont chères quand on veut changer notre vision du monde : partage, solidarité, soutien. Ces CHATONS sont en quelques sortes des AMAP du numérique !
 

Intervenante : Angie Gaudon
Angie Gaudion est chargée de relations publiques ausein de l'association Framasoft et coordinatrice du Collectif des Hébergeurs Alternatifs Transparents Ouverts Neutres et Solidaires (CHATONS). Elle anime régulièrement conférences et ateliers autour des enjeux du numérique et descommuns culturels.

 

Quelques exemples de logiciels libres pour vos projets collectifs


L'offre de logiciels libres est pléthorique ; vous trouverez forcément le logiciel qui correspond à vos besoins. Pour vous facilier un peu la tâche, nous vous proposons ici une petite sélection de services.
 

Pour discuter à l'écrit

Il est tout de même plus facile d'échanger quand on peut communiquer facilement !
C'est pourquoi les outils de messagerie instantanée ou chat sont plébiscités quand il s'agit de mener un projet collectif.
Chez Colibris, nous avons mis en place un serveur Matrix. Celui-ci est accessible via un site web, ou en installant une application sur votre ordinateur, qu'il soit sous Windows, MacOS ou bien entendu Linux, et il existe des applications pour smartphone Android comme iOS.

D'autres services de messageries instantanées existent chez les CHATONS

 

 

 

Pour faire des visio-conférences

S'écrire, c'est bien. Se voir, ce peut être mieux ! Une grande partie de nos communications inter-personnelles passe par ce que l'on appelle le langage non-verbal. C'est pourquoi les outils de visio ont leur intérêt.
Colibris vous proposent d'utiliser leur service JistiMeet

Bien entendu, vous pourrez trouver d'autres alternatives d'outils de visio chez les CHATONS

 

 

 

Pour choisir une date

Il est souvent bien compliqué de trouver une date commune, entre les absent·es, celles et ceux qui n'ont pas leur agenda sous les yeux etc. Ces dans ces cas que l'outil Framadate peut être utilisé afin de lancer un sondage pour déterminer la date qui conviendra au plus de personnes à la fois ! Framadate propose spécifiquement un outil pour définir une date mais il est aussi possible de l'utiliser pour d'autres types de sondage afin de faire ressortir la proposition qui convient au mieux.

Le service Framadate de Colibris) peut vous servir.

Et chez nos ami·es des CHATONS, vous pourrez retrouver des liens ici : Les Framadate des CHATONS

 

 

Pour rédiger collaborativement en temps réel


Compte-rendu de réunion, écriture d'un article, prise de note, il est souvent pratique de rédiger un texte à plusieurs en temps réel. Un type d'outil est unanimement préconisé pour cela : il s'agit des pads.
L'instance d'Etherpad (le logiciel en question) de Colibris est accessible en cliquant sur le lien ci-avant.

Et, comme à l'accoutumé, pour retrouver des pads près de chez vous

 

 

Pour faire une carte collaborative

Colibris porte un projet de carte collaborative qui compte parmi les plus plébiscité : il s'agit de Gogocarto, largement utilisé tant par des citoyens et citoyennes que par des services publics !

Il existe assez peu d'alternatives chez les CHATONS mais tout de même : Les outils de carto

 

 

 

 

Pour stocker et éditer des documents

Il est parfois nécessaire de mettre en place un espace partagé de stockage de fichiers. Malheureusement, Colibris ne propose pas ce type de service... Mais heureusement, il existe le projet Frama.Cloud de Framasoft qui met à disposition un espace Nextcloud pour les associations qui en font la demande.

Il existe aussi l'outil Tracim de l'entreprise Algoo qui permet de gérer le stockage et l'édition de fichiers. Même s'il est porté par une entreprise, il s'agit bien d'un logiciel libre que vous pourriez héberger vous-même. Mais Algoo propose un hébergement gratuit, jusque 2 Go et payant pour aller au-delà. C'est aussi une manière de soutenir le logiciel libre !

 

Pour mettre en place une Gare Centrale

La Gare Centrale, dans notre langage, est un site wiki (à l'instar de Wikipedia) qui permet de mettre en pratique un partage sincère des informations en permettant, par défaut, à n'importe qui d'éditer le wiki. Mais pas d'inquiétude, comme c'est un wiki, il est possible facilement de restaurer une version précédente de toute page modifiée !

Si vous voulez votre petit wikipedia de projet collectif, vous pouvez en créer un via la Ferme à Wiki de Colibris

L'outil que nous utilisons a été principalement développé par un salarié de Colibris, il s'agit de Yeswiki qui propose aussi une Ferme où vous pourrez faire héberger votre wiki.

 

 

Héberger ses propres services web

Pour celles et ceux qui souhaitent mettre à disposition de manière autonome ces services web ou qui travaillent dans des régions reculées avec une faible couverture internet, Colibris participe au développement d'une solution à même de répondre à ces besoins : il s'agit du Projet CLIC!
 



 

Pour aller un peu plus loin ...

Les Metacartes

Mélanie Lacayrouse et Lilian Ricaud ont créés deux jeux de cartes pour vous accompagner dans des meilleures pratiques d'une part dans l'animation de vos réunions et d'autre part dans votre transition vers des outils numériques éthique :

- Metacartes Faire Ensemble
- Metacartes Numérique Éthique

Le tôlard

Écrire un commentaire

Quelle est le premier caractère du mot uj13r ? :